BADWATER
Straight From The Tap (CD – 2008)

Personal:

Bobby Wayne Hogshooter : Lead Vocals, Lead Guitar
Ian Sullivan : Guitar, Harmonica, Vocals
Rodney Buckhorn : Bass
Arie Bird : Drums

Titles:
01. Never Know
02. Cheap Whiskey
03. Rockin' Into The Night
04. Rolling Stoned
05. Whiskey Train
06. Beautiful Sad Song
07. Down At The River
08. Bring On The Blues
09. Oklahoma Son
10. Country Line
11. Living A Lie
12.
She's All Mine
13. Aim's Getting Better

Teigneux! Voilà le qualificatif qui revient le plus souvent avec ce groupe (et il revient même assez souvent). Honnêtement, ce n'est pas pour me déplaire : ces gars-là doivent avoir du caractère! Teigneuse, la voix de Bobby Wayne Hogshooter, avec juste ce qu'il faut de raucité et de sensibilité. Teigneux les morceaux, qu'ils soient rock de facture classique ("Rolling Stoned", riff sévère sur grille classique, citation de "Gimme Three Steps" pendant le solo, faut oser!), rock'n roll remuant ("Down At The River" traversé d'une stridence d'harmonica et de breaks salutaires pour éviter la monotonie), ou soumis à des influences plus "hard" ("Whiskey Train", particulièrement teigneux, ou " She's All Mine", boosté par un remarquable travail rythmique aux guitares, qui plairait aux frères Young, et marqué par un curieux petit passage mettant en évidence le travail de la rythmique et les guitares harmonisées, bien dans les habitudes sudistes, mais rappelant aussi un peu le… Blue Öyster Cult!).

D'une manière générale, on peut d'ailleurs remarquer que les guitaristes ont assimilé et digéré à la fois l'héritage sudiste, y compris la slide ("Never Know", qui frappe fort d'entrée, avec en prime un refrain sympa, "Oklahoma Son", ballade déchirée à l'accompagnement musclé et au solo qui s'envole vers les étoiles, " Country Line", construit autour d'une obsédante ligne de basse en boucle et d'une partie de guitare rythmique à montrer dans les écoles), et un héritage qu'on pourrait qualifier de "métalleux" avec des harmoniques sifflantes sur fond de vibratos torturés et quelques descentes bien "shreds", dont fort heureusement les musiciens n'abusent pas. La ballade " Living A Lie" semble ainsi tout avoir de l'attrape cœur classique de hardos pouvant faire un malheur comme slow dans les soirées adolescentes : la mélodie, le super solo de gratte, avec une magnifique descente sur micro grave, et son alternance de moments calmes et plus puissants. Tout ça donne par moment un petit côté "Molly Hatchet", mais on sent ici des influences country plus marquées ("Aim's Getting Better" typique du genre, sautillant à souhait, peuplé de violon, d'harmonica et de banjo, mais aussi de guitares bien crunchies, ou "Cheap Whiskey", dans lequel même le violon est solidement ramoné, teigneux je vous dis!).

Voilà un disque et un groupe à découvrir! Certes, il leur manque encore un petit quelque chose pour aller taquiner les ténors, mais ce disque fort agréable a le mérite d'illustrer une voie peu souvent utilisée où se mêlent rock'n roll, plutôt tendance sudiste, country traditionnelle et … heavy métal! Finalement, ce mélange donne un résultat doté d'une forte personnalité, un peu rugueuse, certes, mais aussi très fougueuse, et pas du tout désagréable à entendre.

Y. Philippot-Degand